Sciences physiques,
Sciences de la terre

Une nouvelle méthode de production des carburants liquides

Un projet financé par l'UE ouvre la voie à une production plus durable des carburants et des produits pétrochimiques qui provenaient jusqu'alors du pétrole brut.

Tandis que la demande d'énergie mondiale augmente et que les prix du pétrole sont en hausse, des méthodes de production alternatives suscitent un intérêt toujours plus grand dans le secteur des hydrocarbures. À cet égard, les carburants synthétiques créés à partir du gaz naturel offrent désormais une solution aux carburants traditionnels. Environ un tiers des réserves mondiales de gaz naturel sont réputées bloquées et restent donc inexploitées.

Actuellement, la liquéfaction du gaz naturel et la liquéfaction chimique représentent les processus en place visant à transformer le gaz naturel en carburant de synthèse. Toutefois, les deux processus exigent de gros investissements qui empêchent l'exploitation des réservoirs de faible capacité.

Grâce à l'enveloppe européenne, le projet OCMOL (Oxidative coupling of methane followed by oligomerization to liquids) a fourni des méthodes écologiques et souples permettant d'exploiter les réservoirs de faible capacité en privilégiant les aspects sécuritaires et économiques. Parmi les procédés passés en revue: le couplage oxydant du méthane (COM) et le reformage sec du méthane (RM)

Par ailleurs, les chercheurs ont étudié les procédés de séparation par adsorption modulée en pression, de liquéfaction des gaz de synthèse et d'oligomérisation. Le développement de catalyseurs et d'adsorbants adéquats constituait un composant de leurs efforts.

À la base, le gaz naturel est converti en gaz de synthèse et ensuite liquéfié. Le transport et la distribution des carburants liquides sont beaucoup plus simples étant donné qu'ils occupent un volume inférieur par rapport au composant essentiel du gaz naturel: le méthane.

Les scientifiques ont fabriqué un micro-réacteur prototype composé de plaques d'acier capable de réaliser le procédé de manière durable et écologique. L'une des faces de ces plaques est revêtue d'un catalyseur pour le couplage oxydant alors que l'autre contient le catalyseur assurant le reformage. Elles sont conçues pour assurer le couplage oxydant exothermique du méthane d'un côté, alors que de l'autre, le méthane est reformé à l'aide du dioxyde de carbone généré par la chaleur de la réaction exothermique.

En proposant un fonctionnement à une capacité de 100 kilotonnes par an, le projet OCMOL autorise l'exploitation locale des réserves limitées de gaz. Ce processus intégré s'auto-suffit. Il permet la réutilisation et le recyclage du dioxyde de carbone à chaque étape, ce qui permet d'atteindre un niveau d'émission proche de zéro.

date d'une dernière modification: 2015-09-11 09:31:03



Study in Poland