JUWELS: le plus puissant des superordinateurs

Dans le cadre de la construction d’un superordinateur révolutionnaire pour satisfaire aux besoins naissants des entreprises et de la science, les chercheurs ont conçu un nouveau module très puissant capable de réaliser jusqu’à 12 quadrillons de calculs par seconde.

Le superordinateur JUQUEEN, régnant en maître sur l’industrie européenne des calculateurs à haute performance, cède sa place à son successeur, le «Jülich Wizard for European Leadership Science». Le superordinateur abrégé en JUWELS est le couronnement des efforts conjoints de plus de 16 partenaires européens travaillant depuis 2011 dans le cadre des projets DEEP financés par l’UE. Une fois construit, JUWELS se composera de trois modules entièrement intégrés capables de réaliser les simulations et les tâches scientifiques les plus exigeantes.

JUWELS, première partie

Le premier module JUWELS doit être installé au Centre de supercalcul Jülich (JSC), au printemps 2018. Le Cluster Module d’application générale repose sur l’architecture Sequana d’une société française de services informatiques et le logiciel est fourni par l’un des partenaires allemands. Il se compose d’environ 2 550 nœuds, chacun possédant un processeur dual Intel Xeon 24-core et au moins 96 Go de mémoire vive. Équipé d’une telle puissance, il peut atteindre une performance de pointe de 12 pétaflops/s ou 12 quadrillons d’opérations par seconde.

S’appuyant sur l’architecture développée dans le cadre des projets DEEP et DEEP-ER, le projet DEEP-EST vise à fournir deux autres modules basés sur le concept d’architecture de superordinateur modulaire. Le concept innovant a d’abord été imaginé par le professeur Thomas Lippert, directeur du JSC. «Le JSC ouvre de nouvelles voies avec son concept modulaire», a-t-il dit dans le communiqué de presse de Jülich.

L’approche modulaire des superordinateurs

Dans le monde actuel du calcul de haute performance, les applications de calcul intensif comprenant les simulations et l’analyse des données deviennent de plus en plus importantes, cependant les superordinateurs actuels n’arrivent pas à suivre. «[L]es applications deviennent beaucoup plus complexes et le volume des données des tests actuels, par exemple au CERN augmente constamment. Ce qui signifie que les superordinateurs auront besoin de capacités de stockage considérablement plus grandes – et situées le plus près possible des processeurs. C’est seulement ainsi que les données pourront être traitées rapidement et d’une manière à assurer le rendement énergétique», a expliqué la Dre Estela Suarez, scientifique au JSC, dans un communiqué de presse précédent.

L’architecture des superordinateurs modulaires combine en un seul système divers modules présentant des caractéristiques de performance différentes. Les modules sont connectés via un réseau haute vitesse et sont commandés par le même logiciel. Ainsi, les applications hétérogènes fonctionnent simultanément sur des ressources de calcul et de données qui correspondent avec exactitude, offrant une réduction considérable du temps et de l’énergie nécessaires pour le calcul du résultat. La grande flexibilité du système le rend également facilement adaptable. Les superordinateurs modulaires, conçus en tenant compte des besoins de la science du big data, constituent une nouvelle approche européenne de la technologie de traitement des informations. Cette approche ouvrira la voie à des ordinateurs exascale plus économique et à haut rendement – des superordinateurs mille fois plus rapides que les systèmes actuels les plus puissants.

Six applications concrètes sont utilisées pour évaluer les technologies matérielles et logicielles développées dans le cadre du projet DEEP-EST. Il s’agit de la physique des hautes énergies, des sciences de la terre, de la météorologie spatiale, de la dynamique moléculaire, des neurosciences et de la radioastronomie. Chaque domaine utilise différentes combinaisons de modules, ce qui démontre l’adaptabilité de l’architecture des superordinateurs aux besoins de nombreux utilisateurs.

L’étape suivante du projet DEEP-EST (DEEP – Extreme Scale Technologies) est la conception du module Extreme Scale Booster qui sera capable de prendre en charge une large gamme d’applications de calcul à haute performance. Suivra ensuite le résultat final du projet, le Module Data Analytics, dont la conception sera orientée vers des charges de travail d’analyse de données à haute performance.

Pour plus d’informations, veuillez consulter:
site web des projets DEEP

date d'une dernière modification: 2018-04-20 17:15:02
Commentaires



Study in Poland
Privacy Policy