Ingénierie, industries de transformation et production

Les premiers robots au monde respectant les différences culturelles dans le cadre des soins aux personnes âgées

Les chercheurs ont développé de nouveaux robots révolutionnaires qui s’adaptent à la culture et aux habitudes des personnes âgées qu’ils accompagnent.

Le vieillissement de la population a des implications sur de nombreux secteurs de la société, notamment sur l’augmentation de la demande en matière de soins de santé et de services sociaux du pays. Les avancées de l’intelligence artificielle pourraient grandement alléger ce fardeau. Les robots peuvent offrir une assistance précieuse au personnel de soins dans les hôpitaux et les maisons de retraite. Ils pourraient également améliorer les soins à domicile et aider les personnes âgées à vivre de façon plus autonome. Cependant, pour ce faire, ils devront être en mesure de répondre aux besoins des personnes âgées d’une manière qui les mettra en confiance et qu’elles accepteront.

Financé par l’UE, le projet CARESSES a pour objectif de fabriquer les premiers robots respectant les différences culturelles dans le cadre des soins aux personnes âgées. Le concept original consistait à concevoir ces robots de manière à adapter leurs façons d’agir et de parler à la culture et aux habitudes des personnes âgées dont ils s’occupent.

«L’idée est que les robots doivent être capables de s’adapter à la culture humaine au sens large, définie par l’appartenance d’une personne à un groupe ethnique particulier. Parallèlement, les robots doivent pouvoir s''adapter aux préférences personnelles d’un individu, aussi, en ce sens, que vous soyez italien ou indien ne fait aucune différence», a expliqué Alessandro Saffiotti, chercheur à l’Université d’Örebro, en Suède, partenaire du projet, dans un article publié sur le site web «Phys.org».

Que peut faire exactement un robot CARESSES?

Au fur et à mesure de ses communications avec une personne âgée, le robot perfectionnera ses connaissances en les adaptant à l’identité culturelle de la personne et à ses caractéristiques individuelles. Utilisant ces connaissances, il sera capable de rappeler à la personne de prendre ses médicaments, de l’encourager à manger sainement et à être active ou de l’aider à rester en contact avec sa famille et ses amis. Le robot pourra également suggérer comment s’habiller selon les occasions et pourra rappeler les fêtes religieuses ou autres à venir. Il ne remplacera pas le soignant à domicile. Cependant, il jouera un rôle essentiel en aidant les personnes âgées à se sentir moins seules et à moins ressentir le besoin d’un soignant auprès d’elles à tout moment.

Les premiers robots CARESSES sont actuellement testés dans des maisons de retraite au Royaume-Uni et au Japon. Ils sont utilisés pour aider des personnes âgées de différents milieux culturels. L’objectif est de savoir si les personnes se sentent plus à l’aise avec des robots qui interagissent avec elles en respectant les différences culturelles. Les chercheurs entendent également déterminer si de tels robots permettent d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées. «Les essais de robots hors du laboratoire et dans le cadre d’interactions avec les personnes âgées seront certainement la partie la plus intéressante de notre projet», a ajouté M. Saffiotti.

Les nouveaux robots CARESSES (Culture Aware Robots and Environmental Sensor Systems for Elderly Support) ouvriront également la voie à des services plus adaptés aux différences culturelles au-delà de la sphère des soins aux personnes âgées. «Ils apporteront de la valeur aux robots destinés à interagir avec les personnes. Cela ne veut pas dire que les robots d’aujourd’hui sont entièrement neutres sur le plan culturel. Au contraire, ils reflètent involontairement la culture des humains qui les ont fabriqués et programmés.»

Pour plus d’informations, veuillez consulter:
site web du projet CARESSES

date d'une dernière modification: 2018-12-13 17:15:01
Commentaires



Study in Poland
Privacy Policy