Tendances scientifiques: Une mission de la NASA perce les mystères qui se cachent sous la surface de Jupiter

Une sonde spatiale nous offre un aperçu fascinant de l’intérieur de la plus grande planète de notre système solaire.

Connue sous le nom affectueux de géante gazeuse, Jupiter est constituée à 99 % d’hydrogène et d’hélium. Elle est onze fois plus large que la Terre et 300 fois plus massive. Ces informations ne vous éclairent pas davantage sur la géante? Imaginez: elle est tellement grande qu’elle peut contenir 1 300 Terres!

La sonde Juno de la NASA est en orbite autour de Jupiter depuis 2016. Sa mission consiste à en apprendre plus sur les origines et les propriétés cachées de la planète, telles que son champ gravitationnel, la profondeur de ses courants atmosphériques et sa composition sous les nuages. Les nouvelles données collectées par Juno nous sont parvenues, et elles ont beaucoup de choses à nous apprendre!

Sonder les profondeurs de Jupiter

La surface de Jupiter, marquée par ses bandes de gaz et ses vents, a été étudiée de manière approfondie, mais on ne dispose que de peu d’informations sur ce qui se trouve sous ses nuages visibles et sur la dynamique en œuvre. Grâce aux mesures de la gravité réalisées par Juno, on sait que cette couche extérieure s’étend sur une profondeur de 3 000 km. Cette information ainsi que d’autres découvertes importantes de la mission ont été publiées dans une série de quatre articles dans la revue britannique «Nature».

Selon le scientifique de Juno et auteur principal Tristan Guillot, le long mystère est désormais résolu. Il a déclaré à la «BBC»: «Pendant plus de 40 ans, nous ne savions pas si les bandes s’étendaient jusqu’au centre ou si elles se trouvaient uniquement à la surface. Trois mille kilomètres, c’est assez profond, en réalité. Cela représente 1 % de la masse de la planète. Jupiter est très grande, ce mouvement implique donc l’équivalent de trois masses terrestres.»

Guillot a précisé que: «C’est vraiment important pour comprendre la dynamique atmosphérique, non seulement sur Jupiter, mais aussi sur d’autres planètes gazeuses comme Saturne, Uranus et Neptune, sans oublier les exoplanètes que nous découvrons aujourd’hui.»

Cité par l’ «Associated Press», Yohai Kaspi, cochercheur de Juno et coauteur principal, a ajouté: «Le résultat est une surprise, car il indique que l’atmosphère de Jupiter est massive et s’étend bien plus profondément que nous le pensions.»

Jupiter en détail

Juno a également permis de découvrir que d’immenses cyclones évoluent au-dessus des pôles nord et sud de Jupiter. Ces phénomènes climatiques étranges sont inédits dans notre système solaire. En tout, neuf cyclones ont été repérés au nord et six au sud. Avec des vents pouvant atteindre 350 km/h par endroits, ils sont comparables aux ouragans de catégorie 5.

En plus des cyclones, les puissants courants de Jupiter pénètrent jusqu’à des milliers de kilomètres sous les nuages. Cette information démontre que son atmosphère est massive et s’étend bien plus profondément que les scientifiques l’avaient envisagé.

La mission a également révélé que, sous la profondeur de 3 000 km, l’intérieur de Jupiter tourne presque à la manière d’un corps solide, et cela, malgré sa nature fluide.

Nous ignorons toujours si Jupiter dispose d’un noyau rocheux ou non; Juno n’a pas encore rassemblé toutes les pièces du puzzle. Le problème est que le retour de la sonde est prévu cet été. La NASA envisage toutefois de prolonger quelque peu sa mission.

Les récentes découvertes pourraient très bien avoir des répercussions pour les autres mondes de notre système solaire et la galaxie. Le temps nous dira si ce nouvel enthousiasme pour l’exploration spatiale entraînera davantage de missions vers d’autres grandes planètes.

date d'une dernière modification: 2018-03-21 17:15:01
Commentaires



Study in Poland
Privacy Policy